Enseignants

Équipe pédagogique

 

Photo Laetitia Ferrer.

Photo Laetitia Ferrer.

Maxence Alcalde enseigne l’esthétique et la culture générale à l’ESADHaR du Havre. Il anime également un atelier d’écriture de critique d’art et Erastinulo créé par Élise Parré. Il est théoricien de l’art, docteur en « Esthétique, Sciences et Technologies des Arts » (thèse : « Institution et transgression, un paradoxe artistique : 1980-2000 », Université Paris 8) et auteur de plusieurs articles consacrés à l’art contemporain publiés dans des revues universitaires (Nouvelle Revue d’Esthétique, Marges, Raison Publique, etc.). Co-fondateur et membre du comité de lecture de la revue universitaire Marges (revue à comité scientifique, éd. Presses Universitaires de Vincennes), il est également chercheur associé au groupe de recherche « La critique en question » labélisé Labex H2H. Les recherches de Maxence Alcalde portent sur les discours sur l’art contemporain, les théories de l’exposition et les liens entre art et politique. Il développe des activités de critique d’art (Art 21, paris-art.com, Tales, etc.), de commissaire d’exposition (Poulpisme, Uploloload, etc.) et d’éditeur (Flippancy, éditions Beautiful Art). Il est l’auteur du livre L’Artiste opportuniste. Entre posture et transgression (L’Harmattan, coll. L’art en Bref, 2011) et anime le blog osskoor.com.

 

Sonia Anton

Sonia Anton est enseignante-chercheuse en littérature française à l’université du Havre. Elle a produit plusieurs travaux sur la correspondance de Louis-Ferdinand Céline, qui a été la matière de sa thèse de Doctorat.
Depuis plusieurs années, elle s’intéresse à la question de la représentation des lieux en littérature. Elle est à l’initiative de la Promenade littéraire installée au Havre en 2014, qui propose une inscription singulière des textes dans l’espace urbain.

 

DSC01431

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon, Ann-Lys Bourgognon y effectue un Master d’Anglais en rédigeant un mémoire de recherche sur les romans policiers de James Ellroy, obtient l’agrégation d’Anglais, puis se spécialise dans les séries télévisées américaines en intégrant le GRIC (Université du Havre) pour effectuer un doctorat sur les représentations des familles criminelles mises en images dans The Sopranos, Breaking Bad et Sons of Anarchy. Ses recherches s’orientent particulièrement autour des représentations des femmes dans des productions culturelles mainstream, et croisent plusieurs disciplines, telles que les études de genre et les cultural studies appliquées à l’analyse des séries. Elle pratique également la boxe anglaise et le roller derby, où les fonctions de joueuse, arbitre et entraîneuse lui permettent de réfléchir et d’agir sur les rapports que les femmes entretiennent avec le sport, sujet à propos duquel elle écrit régulièrement dans son blog.

 

 VeroniqueBui 

Agrégée de Lettres Modernes, docteur ès-Lettres, Véronique Bui est maître de conférences à l’Université du Havre. Spécialiste de littérature française du XIXe siècle, elle a publié aux éditions Honoré Champion : La Femme, la faute et l’écrivain ; la mort féminine dans l’œuvre de Balzac. Elle a également préfacé et annoté Les Contes drolatiques de Balzac pour les éditions Garnier/ Le Monde. Outre Balzac, elle travaille aussi sur George Sand et Théophile Gautier : elle a établi la nouvelle édition critique de La Mare au Diable pour les Œuvres complètes de George Sand chez Champion et elle assure l’édition critique du Pavillon sur l’eau de Théophile Gautier, nouvelle adaptée d’un conte chinois traduit par Abel Rémusat. Ses travaux actuels sont axés sur les échanges littéraires sino-français. En préparation Balzac et la Chine/ la Chine et Balzac à paraître aux PURH.

 

image-SoniadaRocha

Sonia Caramelo da Rocha. Après des études de design graphique à l’Institut Polytechnique de Porto (ESEIG, Vila do Conde – Portugal), Sonia da Rocha s’installe à Paris pour suivre l’enseignement de Claude Mediavilla. En 2010, elle suit le post-diplôme « typographie & langage » à l’École Supérieure d’Art et de Design d’Amiens au cours duquel elle développe le caractère Asmaa, comportant du latin et de l’arabe. Elle rejoint ensuite l’équipe de Jean François Porchez (Typofonderie et Zecraft) dans laquelle elle participe au développement de divers projets typographiques (ratp, Louis Vuitton).
Depuis 2013, elle exerce son activité de graphiste et dessinatrice de caractères de manière indépendante, avec notamment des créations pour l’Orchestre National du Capitole de Toulouse où le Metropolitan Opera de New-York.  
En 2015 elle intègre l’équipe pédagogique de l’École Supérieure d’Art et de Design de Reims, où elle enseigne la création typographique. Parallèlement, elle étudie les évolutions historiques des formes et des structures de l’écriture latine.     www.soniacaramelodarocha.com

 

David Charles enseigne à l’université du Havre. Maître de conférence en langue et littérature françaises du XIXe siècle. A publié : La Pensée technique dans l’œuvre de Victor Hugo. Le bricolage de l’infini, Paris, PUF, « Écrivains », 1997.

 

ClaireCornillon

Claire Cornillon est agrégée de lettres modernes et certifiée en anglais. Elle a soutenu en 2012 une thèse en littérature comparée à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Elle est par ailleurs titulaire d’un master en Études cinématographiques. Ses recherches portent sur le récit et la fiction dans les littératures de genres, en particulier la science-fiction, mais aussi dans les séries télévisées. Elle a co-dirigé le projet de recherche international Narrations sérielles et Transmédialité pendant trois ans à l’Université Paris 3-Sorbonne nouvelle et codirige la collection Sérial aux Presses Universitaires François Rabelais. Elle a codirigé les ouvrages Fin(s) du monde (Pendragon) et Ce que le récit ne dit pas (PUFR). Elle est aussi directrice de la rédaction du site d’actualité culturelle Lintermede.com. En tant qu’ATER à l’Université du Havre, elle a enseigné deux ans dans le cadre du Master de Création littéraire du Havre – séminaire sur les séries télévisées et suivi de projets. À présent en poste à l’université de Montpellier, elle continue à y intervenir ponctuellement et à suivre des projets littéraires.

 

 BeatriceCussol 

Béatrice Cussol, plasticienne, écrivaine, enseigne à l’ESADHaR (site de Rouen). Elle suit des projets littéraires et coordonne des workshops dans le cadre du Master Lettres et Création littéraire. À partir de 2000 Béatrice Cussol publie « merci », Pompon, collection Le Rayon aux éditions Balland ; et Sinon, puis Les Souffleuses ou les théâtres de sociétés, où elle pluriellise à satiété, ces deux derniers collection Laureli, Éditions Léo Scheer.
Jusqu’à aujourd’hui expose dans divers lieux hors d’Europe et de France et un peu en France ses dessins, les récentes expositions furent par exemple Femina ou la réappropriation des modèles, à Clichy, ou rude girls, soloshow à Stockholm.
Pensionnaire à la villa Médicis à Rome en 2010, elle fait tout pour continuer dans le jeu d’une succion de phrases et de personnages essorés tambour battant; jusqu’à dégorger le mot, jusqu’à détenir le signifiant comme une peau décorative, mot musculo-squelettique qui ne s’arrête plus de clignoter psychédélique, de devenir en marche des oreillers en toc et autres joyeusetés fouettées par le ressac rigoureux d’une palette atroce.

 

 SarahHatchuel

Sarah Hatchuel, Présidente de la Société Française Shakespeare, est Professeur en littérature et cinéma anglophones à l’Université du Havre. Elle est l’auteur de livres sur Shakespeare au cinéma (Shakespeare and the Cleopatra/Caesar Intertext : Sequel, Conflation, Remake, Fairleigh Dickinson University Press, 2011; Shakespeare, from Stage to Screen, Cambridge University Press, 2004; A Companion to the Shakespearean Films of Kenneth Branagh, Blizzard Publishing, 2000) et sur les séries télévisées américaines (Lost, PUF, 2013). Elle a codirigé (avec Nathalie Vienne-Guerrin) huit volumes de la collection Shakespeare on Screen et codirige (avec Ariane Hudelet) la revue TV/Series. Son ouvrage consacré aux rêves dans les séries télévisées américaines sortira fin 2015 chez Rouge Profond.

 

MichaelHauchecorne

Michaël Hauchecorne enseigne l’anglais et le FLE (français langue étrangère) à l’université du Havre où il est aussi en charge des mobilités internationales.

D’abord conteur amateur il y a une vingtaine d’années, il a créé une compagnie professionnelle en 2003, L’arche à Contes, qui propose différents spectacles de contes musicaux et de lectures pour des publics variés. Sa marque de fabrique est l’interactivité qui s’instaure entre le public et le conteur. Ces dernières années, il a aussi multiplié les demandes de formations au conte (adultes ou enfants-conteurs), souvent à des fins de formations linguistiques. La frontière entre ces deux activités professionnelles, professeur de langues et conteur, n’a jamais réellement existé. Le conte, tout comme l’écriture créative, occupent une place forte dans son enseignement. 

 

jnlafargue

selfie

Après avoir étudié la peinture aux Beaux-Arts de Paris, Jean-Noël Lafargue découvre le multimédia interactif à l’Université et devient programmeur indépendant. Il a réalisé une quinzaine de cd-roms pour des éditeurs tels que Hyptique, Montparnasse ou Gallimard, de nombreux sites Internet (Musée de la publicité, Musée d’Art Moderne du Luxembourg, Synesthésie), et assiste des artistes dans leurs créations numériques, notamment Jean-Louis Boissier et Claude Closky. Il enseigne la programmation au département arts de l’Université Paris 8 depuis près de vingt ans et a été professeur d’art pendant cinq ans à l’ESAD d’Amiens. À titre personnel, il effectue une recherche sur la culture numérique et sur la programmation. Il est co-auteur, avec Jean-Michel Géridan, de Processing: Le code informatique comme outil de création (éditions Pearson 2010), Entre l’élite et la plèbe, les ambitions contraires de la bande dessinée (éditions Atelier Perrousseaux 2011), Les Fins du monde de l’antiquité à nos jours (éditions Bourin 2012). Avec Marion Montaigne, L’Intelligence artificielle (La Petite Bédéthèque des savoirs, Le Lombard, 2016). Il a aussi traduit et postfacé L’Homme le plus doué du monde, par Edward Page Mitchell (Franciscopolis 2013). www.hyberbate.fr

 

Sandrine Lascaux enseigne l’espagnol dans le cadre du Master de Création littéraire. Elle est maître de conférences, 7e et 14e sections du CNU. Spécialités : Littérature espagnole du XXe siècle. Peinture espagnole. Discours sur la frontière, la périphérie, la représentation impossible de la guerre dans la littérature espagnole. Phénomènes linguistiques appliqués au texte : négation, dénégation, ambiguïtés, marges et parenthétisation. Problématique de la représentation de soi, de l’identité et de sa dissolution en particulier dans l’œuvre d’Enrique Vila-Matas. Également : Juan Benet, Alvaro Pombo, Javier Marias, Claude Simon, William Faulkner. Elle a codirigé Autoportrait et altérités (PURH, Rouen, 2014). En préparation : Le Pouvoir des images, peinture et description dans l’œuvre de Juan Benet.

 

Photo Claudio Santana

Photo Claudio Santana

Écrivaine, Laure Limongi a publié une dizaine de livres dont Anomalie des zones profondes du cerveau (Grasset, 2015, sur la liste du Prix Médicis), « Ensuite, j’ai rêvé de papayes et de bananes » (avec une création graphique de Fanette Mellier, éditions du Monte-en-l’air, 2015), Indociles (essai littéraire sur Denis Roche, Hélène Bessette, Kathy Acker et B.S. Johnson, Éditions Léo Scheer, 2012), Fonction Elvis (Éditions Léo Scheer, 2006)… Également de nombreuses publications en ouvrages collectifs et revues de textes de création ou critiques ainsi que des productions radio (dernièrement, un documentaire, « An Idea of Glenn Gould », pour France Culture). Elle développe des performances artistiques mettant en jeu des dispositifs vidéo et de la musique – programmées en France (Palais de Tokyo, aux Laboratoires d’Aubervilliers, à la Maison de la Poésie de Paris…) et à l’étranger. Elle est membre du comité d’administration de la Société des Gens de Lettres.

Éditrice, après avoir créé et dirigé la collection « & » proposant des essais sur la poésie contemporaine et les avant-gardes de 2001 à 2003, elle a créé en 2006 et dirige la collection « Laureli » dévolue à la publication de livres de littérature contemporaine – 53 titres parus à ce jour.

Elle commence à enseigner la création littéraire à l’ESADHaR dans le cadre du Master de Création littéraire du Havre en septembre 2013 : elle anime un séminaire, un atelier et dirige des projets littéraires. Elle dirige le parcours « création » depuis septembre 2014.      www.laurelimongi.com

 

 YvanLoskoutoff

Yvan Loskoutoff. Ancien pensionnaire de la Maison française d’Oxford (1983), Knox Scholar à Trinity College, Cambridge (1985), docteur (1985, Paris IV), agrégé (1991, 24e), maître de conférences en littérature française XVIe-XVIIe siècles à l’université de Toulouse II-Le Mirail (1994-2000), professeur en littérature française XVIe-XVIIe siècles à l’université du Havre (2000-2015), membre de l’Académie des jeux floraux de Toulouse (2001). Spécialités : littérature et spiritualité, histoire de la symbolique, histoire du livre. Auteur d’une soixantaine d’articles et de quatre ouvrages : La Sainte et la fée, dévotion à l’Enfant Jésus et mode des contes merveilleux à la fin du règne de Louis XIV, Genève, Droz, 1987 ; L’Armorial de Calliope, L’œuvre du Père Le Moyne S. J. (1602-1671): littérature, héraldique, spiritualité, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 2000 ; Rome des Césars, Rome des Papes, La propagande du cardinal Mazarin, Paris, Champion, 2007 (grand prix de l’Académie des sciences morales et politiques) ; Un art de la Réforme catholique, La symbolique du pape Sixte-Quint et des Peretti-Montalto (1566-1655), Paris, Champion, 2011. Directeur de la série Héraldique et numismatique, Moyen Age-Temps modernes (série issue des colloques du même titre, université du Havre), Mont-Saint-Aignan, PURH, 2013-2015, 3 vol. parus, 4e vol. en cours de parution.

 

Ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée de lettres modernes, Laurence Mathey-Maille est professeur de langue et littérature du Moyen Age à l’université du Havre. Elle a publié plusieurs études sur les textes fondateurs de la littérature arthurienne et sur l’historiographie anglo-normande (Histoire des Rois de Bretagne, traduction du texte latin de Geoffroy de Monmouth, l’Historia Regum Britanniae, Paris, Les Belles Lettres, « La Roue à Livres », 1992 ; Écritures du passé – Histoires des ducs de Normandie, Paris, Champion, 2007, collection « Essais sur le Moyen Age », n°35 ; Arthur, roi de Bretagne, Paris, Klincksieck, 2012, collection « Les grandes figures du Moyen Âge »).

 

 YvesOuallet 

Yves Ouallet. Après des études scientifiques (Mathématiques, Physique) et un détour par la Médecine, j’ai étudié l’Histoire, la Littérature, la Musique. En Philosophie, je suis resté autodidacte. Après avoir passé le CAPES puis l’Agrégation de Lettres Modernes, j’ai commencé par enseigner la Musique, le Français, l’Histoire et l’Histoire des Arts en collège et en lycée. Après un Doctorat à Paris IV Sorbonne consacré à la figuration du temps dans la fiction (Temps et fiction, Presses Universitaires du Septentrion, 2001, 803 p.), je suis devenu enseignant-chercheur en Littérature générale et comparée et en Littérature française des 20ème et 21ème siècles à l’Université du Havre. Je me suis intéressé à Proust, Virginia Woolf, Thomas Mann, Pierre Boulez, Antonin Artaud, Raymond Queneau (Raymond Queneau, le mystère des origines, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2005, 214 p.), Pascal Quignard, Mikhaïl Boulgakov, Marina Tsvetaïeva. Après avoir essayé de réfléchir sur le temps en littérature et en musique, je me suis intéressé aux relations entre littérature, arts et philosophie (Autoportrait et altérité, dir. Sandrine Lascaux, Yves Ouallet, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2014, 270 p.). Je tente aujourd’hui de penser l’activité littéraire à la lumière de l’anthropologie et à l’ombre de l’éthique (L’Écriture et la vie, à paraître). Je ne crois pas aux théories. Je préfère les hypothèses aux thèses. Je médite des conjectures (l’identité poétique, la pensée errante, le désoubli). J’ai désormais tendance à remonter le temps plus qu’à le descendre. Rousseau m’attire (« De la nature de la société à la société de la nature », colloque international pour le tricentenaire de la naissance de Rousseau, Téhéran, 2012). J’aime Montaigne et j’admire Pascal. Pyrrhon, Diogène le Cynique, Epicure, Epictète, Zhuangzi, Laozi me manquent. La musique ne m’a jamais quitté. La peinture me fascine. J’ai la nostalgie de la nature.

 

YannOwens

 Yann Owens assure le suivi de mise en forme graphique au sein atelier de sérigraphie de l’ESADHaR. Spécialisé en gravure, Yann Owens est diplômé des arts décoratifs (Strasbourg 1997) et de l’université Marc Bloch (master 2 pro critique-essai 2005-2006). Ses recherches autour de l’image imprimée l’ont amené à aborder dans son travail plastique les notions d’empreinte ainsi que celles du contact et de l’écart. Ses objets d’études portent sur la problématique des pratiques mixtes (du numérique à l’analogique et vice versa) ainsi que sur la question du « résiduel » en imprimerie.

 

Anaïs Pauchet est doctorante en littérature anglaise et Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche à l’Université du Havre. Elle est agrégée d’anglais et titulaire d’un Master Lettres et Langues. Ses recherches portent sur les références à Shakespeare dans les séries télévisées du monde anglophone.

 

Orla Smyth maître de conférences à l’université du Havre, elle enseigne dans le département d’anglais et dans le département de Lettres. Ses publications portent sur le roman du XVIIIe siècle. Elle a notamment codirigé l’ouvrage Le Discours critique sur le roman 1650-1850, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007.

 

© Arnaud Baumann.

© Arnaud Baumann.

Pacôme Thiellement intervient en 2016-2017 en tant qu’écrivain invité. Il animera un atelier et un séminaire dans le cadre du Master de Création littéraire. Né en 1975, Pacôme Thiellement est écrivain et vidéaste. Il travaille sur l’ésotérique de la pop culture. Il est co-réalisateur d’une cinquantaine de films avec Thomas Bertay (notamment la série Le Dispositif). Choix de livres : Poppermost (MF, 2002, rééd. 2103) ; La Main gauche de David Lynch (P.U.F., 2010) ; Pop Yoga (Sonatine, 2013) ; Cinema Hermetica (Super-8, 2016). Derniers films : Stupor Mundi 1 & 2 (co-réalisé avec Thomas Bertay, Sycomore Films, 2016).

Comments are closed